B.A-BA de l’ebook

Mercredi 21 mars 2012, aux alentours d'une heure indue, par Olivia Lanchois

La chose semble rentrée plus ou moins dans les mœurs, on en parle, on en reparle, sur les blogs, sur Facebook, à la télé, dans la presse, sur les salons. Pourtant il reste encore de nombreux irréductibles qui vous répondent que la lecture numérique « n’est pas pour eux, qu’ils n’aiment pas lire sur PC ». Oui, il y en a, et moi aussi cela me fait bondir.

Lire sur PC…lecture numérique…un bel anachronisme ! Une mise à jour dans les infos et ces personnes auraient peut-être une autre idée sur le sujet. Ou pas.

Voici donc les grandes lignes (les très grandes lignes) à savoir sur le sujet, qui évacuera peut-être quelques idées reçues encore bien ancrées chez beaucoup.

Le livre numérique ou ebook

Le plus souvent au format epub, qui est le format standard, mais peut aussi être proposé dans d’autres formats (PDF, mobi…). La chose peut techniquement se lire sur divers supports dédiés (liseuse), ou d’appoint (ordinateur via des logiciels, navigateur web via des extensions, et tablettes).

Liseuse et tablette

La liseuse est entièrement dédiée à la lecture, avec un écran e-ink non retro-éclairé qui imite le papier et ne fatigue pas les yeux et permet la lecture en extérieur au soleil. Globalement, malgré quelques subtiles différences d’une marque à l’autre, les contrastes des écrans sont suffisants pour une lecture confortable. On peut choisir la police, ajuster sa taille, ajuster le contraste de l’écran, prendre des notes, traduire un mot, et selon les marques et modèles, faire une recherche dans le dictionnaire, Google ou Wikipédia. La batterie a une autonomie variable, mais dure assez longtemps (15 jours/1 mois), même avec une lecture quotidienne intensive, L’utilisation du Wifi consomme plus que la lecture simple, mais son usage étant ponctuel, ce n’est pas un problème. Ne pas hésiter à brancher la liseuses dès que l’occasion se présente. Les liseuses sont à l’heure actuelle très satisfaisantes pour une lecture intensive, et même si des progrès sont encore à faire, la technologie actuelle est suffisante pour passer le cap.

La tablette est un outil magique multi-fonction avec écran rétro-éclairé, qui permet de faire des tas de choses passionnantes dont le niveau d’utilité, très variable, va de l’indispensable au totalement chronophage. Accessoirement, la tablette permet aussi de lire, aux risques et périls de vos yeux, et la batterie devra par contre être rechargée souvent, du fait des nombreuses fonctions énergivores de l’engin (Wifi, applications, vidéo, écran couleur, etc.) La tablette a toutefois des avantages que les lecteurs de BD et de beaux livres pourront apprécier : la couleur ! Un monde idéal futur rendra possible l’écran e-ink couleur, alliant ainsi les avantages de la couleur et le confort de l’encre électronique.

En attendant, le gros lecteur de romans sera bien avisé de s’orienter vers la liseuse, tandis que le lecteur occasionnel ou le dingue de BD se satisfera d’une tablette.

Trouver des ebooks

En dehors des éditeurs et librairies en ligne, il existe des sites de livres numériques gratuits et libres de droit, proposant des classiques à la pelle. Il y a également d’autres lieux de perdition, mais c’est le Mal, dit-on.
Les liseuses sont souvent rattachées à une boutique (Sony et Sony Reader, Kobo et Fnac, Kindle et Amazon, etc.)
À l’exception du Kindle, qui a son propre format fermé au reste du monde et qui ne vous permettra des achats que sur Amazon, les autres liseuses sont plus ouvertes et vous pourrez acheter ce que vous voulez sur les sites que vous voulez. Vous pouvez copier-coller vos livres directement sur la liseuse, ou gérer vos bibliothèques via Calibre, un logiciel gratuit à la fois simple et très performant. Les logiciels associés d’origine aux les liseuses sont connus pour être bourrés de bug, simplistes, et très mal faits, et cela, toutes marques confondues.

Prix des livres

Il existe deux écoles. La principale, représentée par les plus gros éditeurs, imposent des DRM et/ou des prix scandaleux, où vous retrouverez un ebook plus cher que sa version poche. En outre, si vous préférez respecter la loi, vous ne supprimerez pas ces DRM, (pourtant facilement crackables), et vous vous retrouverez avec un fichier que vous ne pourrez pas prêter, ni lire sur autant de supports que vous le souhaiteriez. Il y a aussi de fortes chances pour que vous ayez tout simplement du mal à le lire, si vous ne vous y prenez pas de la bonne manière. Prix excessifs et DRM, voilà la politique avouée des gros éditeurs pour freiner le développement de l’ebook.

Heureusement pour les lecteurs, la seconde école, composée d’éditeurs traditionnels ou 100% numériques propose des catalogues de plus en plus fournis, très variés, avec des prix accessibles et sans DRM. On ne peut donc plus dire qu’il est difficile d’alimenter sa liseuse. Ce n’est plus le cas, car l’offre légale s’étoffe de jour en jour. Un gros lecteur amortira bien vite son nouveau jouet, même s’il ne lui sert qu’à lire.

Conclusion

Les liseuses, de moins en moins chères, sont techniquement au point. Le temps du gadget expérimental est révolu. Les livres numériques, malgré le rétropédalage massif des gros éditeurs, poursuivent leur évolution, et l’on trouve aisément des catalogues variés et à des prix très bas chez de plus en plus d’éditeurs qui jouent le jeu du numérique.

Pour en savoir plus, une liste de liens utiles sur le sujet.

Billet édité le 25/03/2012, pour compléter certains points obscurs mis en évidence par Aldus

About Olivia Lanchois

Web-bidouilleuse depuis 2002, blogueuse depuis 2005. Lectrice et photomane convulsive. Amies de bêtes. Miaou.

4 commentaires »

  1. TheSFReader dit :

    Bravo pour cette synthèse parfaitement claire !
    Moi, qui suis (je crois) assez pointu sur le sujet, je dois dire que je ne trouve pas grand chose à redire.

    Ah, si : Les tablettes sont également plus à l'aise pour ce qui contient des animations (titres enrichis par exemple), mais aussi pour les PDFs.

    Ce qui ne change en rien le reste du billet

    • Oui c'est vrai, mais pour moi ça allait dans le sens de lecture de BD, beaux-livres, albums, c'est pour ça que je n'ai pas développé, le gros lecteurs de romans lira plus facilement des epub que des PDF…
      (D'ailleurs je n'ai pas développé grand-chose, c'est vraiment juste pour remettre quelques pendules à l'heure chez certains ^_^ )

  2. Plume dit :

    Merci pour toutes ces infos ! Je me tâte en ce moment :p

Toi aussi, tu as ton mot à dire !












Copyright © 2014 My Inner Shelf motorisé par WordPress.org | Textes & images Carole R. | Crédits