Est-ce ainsi que les femmes meurent ?

Mardi 2 juin 2009, aux alentours d'une heure indue, par Olivia Lanchois (My Inner Shelf)

decoin1Auteur: Didier Decoin
Éditeur : Grasset
1ère édition : 2009
Nb de pages : 226
Lu : mai 2009
Ma note:
3

4ème de couverture
Catherine Kitty Genovese n’aurait pas dû sortir seule ce soir de mars 1964 du bar où elle travaillait, une nuit de grand froid, dans le quartier de Queens à New York. Sa mort a été signalée par un entrefilet dans le journal du lendemain : Une habitante du quartier meurt poignardée devant chez elle.  » On arrête peu de temps après Winston Moseley, monstre froid et père de famille. Rien de plus. Une fin anonyme pour cette jeune femme drôle et jolie d’à peine trente ans. Mais savait-on que le martyre de Kitty Genovese a duré plus d’une demi-heure, et surtout, que trente-huit témoins hommes et femmes, bien au chaud derrière leurs fenêtres, ont vu ou entendu la mise à mort ? Aucun n’est intervenu. Qui est le plus coupable ? Le criminel ou l’indifférent ? A la fois récit saisissant de réalisme et réflexion sur la lâcheté humaine, traversée d’un New York insalubre et résurrection d’une victime, le roman de Didier recoin se lit dans un frisson.

Mon avis
Entre roman et document, ce livre se lit en effet dans un frisson. Sa longueur le rapproche de la nouvelle et son contenu fait plutôt penser à un témoignage, mais pas n’importe lequel, puisque l’auteur choisit comme narrateur un personnage fictif, voisin de Kitty Genovese mais absent la nuit de sa mort. Il n’a donc rien vu, rien entendu, contrairement aux autres voisins présents cette nuit-là chez eux. Il relate les faits avec objectivité, et reprend pour nous la succession d’événements autour du meurtre de la jeune fille. Le livre est assez succinct puisque seuls les faits nous sont livrés, sans artifices ni excès romanesque. Le nombre réel de témoins fait l’objet de débats encore à l’heure actuelle. Il n’auraient pas été trente-huit, nombre faramineux et spectaculaire, à avoir vu le meurtre, mais beaucoup moins. Dans un cas comme celui-ci on peut se demander si le nombre est important. Car le résultat est le même, les témoins, (qu’ils soient une douzaine ou trente-huit), ceux qui ont vu, ceux qui ont entendu, ceux qui ont vu ET entendu, personne n’a bougé tout le temps qu’à duré la mise à mort de Kitty Genovese. Si les circonstances exactes du drame passent pour un mythe aux yeux de certains, en entier ou en partie, on ne peut nier le phénomène lui-même, qui consiste à répartir les responsabilités face à un drame. Plus les témoins sont nombreux, moins la victime aura de chance de s’en sortir, chaque témoin comptant sur l’autre pour réagir/intervenir. Il suffit d’observer autour de nous pour constater la triste réalité de cette théorie. N’oublions pas pour autant le vrai coupable, Winston Moseley, tueur sanguinaire, qui a pu perpétrer son crime à peu près tranquillement au pied de l’immeuble de sa victime. Et si personne n’a vu le crime dans sa totalité, si quelques individus seulement n’ont fait qu’entendre ou voir une infime partie du supplice de Kitty Genovese, l’alerte a finie par être donnée 35mn après le début de l’agression, pendant lesquelles la victime a eu largement le temps de se vider de son sang. Lâcheté, indifférence, concours de circonstances, mauvaise interprétation, hasard ou destin, il n’en reste pas moins que Kitty Genovese est morte d’avoir attendu des secours qui ne venaient pas, et qui pourtant se trouvaient à 2 mn des lieux du crime.


5 commentaires »

  1. Roudoudou dit :

    j'ai lu le résumé il y a peu et il m'avait attirée. Ton billet confirme ! Plus qu'à le trouver et surtout trouver le temps de le lire !

  2. praline dit :

    Assez prenant et poignant malgré le ton distancié.

    <abbr>Le dernier billet de praline : L'étrange vie de Nobody Owens</abbr>

  3. @Roudoudou : très court, il doit pouvoir se caser entre deux pavés ou deux livres un peu plus gais :wink:

    @Praline : ouep, très sobre mais très parlant :idea:

  4. Neph dit :

    Cela fait très longtemps qu'il est sur ma LAL, mais je ne me décide pas. Le sujet est incroyablement dur et me fait froid dans le dos…

    <abbr>Le dernier billet de Neph : Passe ton livre à ton voisin, 2ème édition !</abbr>

  5. Certes certes, mais c'est très bien traité, et ça laisse songeur quant à la nature humaine :idea: À lire donc ! :idea:

Toi aussi, tu as ton mot à dire !












Copyright © 2014 My Inner Shelf…..Me, my shelf and I ! motorisé par WordPress.org | Textes & images Carole R. | Crédits