La part de l’autre

samedi 4 novembre 2006, aux alentours d'une heure indue, par Olivia Lanchois

Image from Amazon
Auteur : Éric-Emmanuel Schmitt
Éditeur : LivreDePoche
1ère édition : 2001
Nb de pages : 189
Lu : novembre 2006

Résumé :
« 8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé.
Que se serait-il passé si L’École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d’artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d’une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde… »

Mon avis :
Si l’idée même du roman est attirante, le contenu ne l’est pas moins. L’auteur commence l’histoire le jour où Hitler est refusé aux Beaux Arts. En parallèle, nous suivons la vie et l’évolution d’Adolf H., jeune peintre fraîchement reçu aux Beaux Arts. D’un chapitre à l’autre, nous suivons l’histoire de ce personnage tristement célèbre, où sa vie réélle alterne avec ce qu’elle aurait pu être si l’art avait voulu de lui, s’il avait pu régler son Oedipe avec l’aide de Freud, si sa frustration n’avait pas développé chez lui un ego surdimensionné.
On suit avec intérêt les deux histoires, sans cesser de s’interroger tout au long de la lecture. Si Hitler était resté simplement Adolf, étudiant en art, peintre épanoui, homme adulte et équilibré, quel individu aurait-il été ? À quel point l’Histoire aurait-elle été différente ? L’idée du détail qui change le cours du monde, du choix qui fait fait la différence, ne cesse de poser des questions. La fin du livre nous montre un Adolf émouvant, un homme banal mais à la vie bien remplie, tandis que la mort d’Hitler demeure pathétique et terrible.
L’auteur excelle dans sa narration. On ne s’ennuit pas, on passe d’Adolf à Hitler avec un intérêt croissant. Dans les deux cas Hitler est un homme banal, tellement banal que son ego a recours aux pires obsessions pour se sentir vivre. Au delà du « monstre » on voit un humain qui a devié, qui a choisi la voie de ce qu’il considère comme étant le « Bien », le bien de l’autre, de l’Allemange, d’une idée.
On ressort de la lecture troublé, en se demandant « et si …? ».

About Olivia Lanchois

Web-bidouilleuse depuis 2002, blogueuse depuis 2005. Lectrice et photomane convulsive. Amies de bêtes. Miaou.

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Toi aussi, tu as ton mot à dire !












Copyright © 2014 My Inner Shelf motorisé par WordPress.org | Textes & images Carole R. | Crédits