La théorie des cordes

Dimanche 30 janvier 2011, aux alentours d'une heure indue, par Olivia Lanchois

Auteur : José Carlos Somoza
Titre original : Zigzag
Éditeur : Babel
1ère édition : 2006
Nb de pages : 600
Lu : janvier 2011
Ma note : top

Résumé
Isolée sur un atoll de l’océan Indien, la fine fleur de la physique mondiale œuvre à un ambitieux projet fondé sur la théorie des cordes, qui permettrait d’ouvrir le temps. S’ils parviennent avec ravissement à contempler le passé de l’humanité, les scientifiques perçoivent rapidement que ce programme, financé par de mystérieux fonds privés, pourrait connaître des applications moins angéliques. Un drame conduit à la suspension immédiate des recherches, dispersant aux quatre vents les apprentis sorciers. Dix ans plus tard, Elisa Robledo, brillante physicienne d’une université de Madrid, se sent en danger de mort. Avec ses anciens acolytes, elle retourne aux origines de la tragédie, sur cet îlot où ils avaient profané le temps. Intensité, profondeur, puissance narrative : José Carlos Somoza porte les énigmes de la physique au cœur d’un roman dont l’efficacité fait frémir.

Mon avis
J’enchaîne les bonnes surprises depuis le début de l’année. Je découvre Somoza avec La théorie des cordes et j’en suis folle. Un mélange de thriller, d’horreur et de Hard science et nous y voilà, une merveille !
L’action se situe dans un futur très proche et met en scène une équipe de physiciens et autres savants victimes de leur découverte. Je suis plus que friande du thème du temps et du passé, qui est ici traité d’une manière qui est pour moi tout à fait innovante. L’aspect SF est un prétexte à une intrigue originale et particulièrement tordue. La psychologie de chaque personnage est au premier plan, l’ampleur de leur découverte ayant un impact encore non mesuré sur leur comportement.
Le mélange des genres est ici une vraie réussite, tous les ingrédients concourent à faire un roman captivant, haletant, instructif, profond.
Le sujet, le rythme, l’écriture, le suspens, tout est mené avec une maîtrise confondante. Le final est superbe, complètement bluffant, et l’épilogue magnifique.

About Olivia Lanchois

Web-bidouilleuse depuis 2002, blogueuse depuis 2005. Lectrice et photomane convulsive. Amies de bêtes. Miaou.

4 commentaires »

  1. Marc dit :

    Somoza est définitivement un auteur qui mérite le détour. Je n'en ai lu jusqu'à présent, très intéressant.

  2. pikkendorff dit :

    Encore un livre à ajouter ? Cela semble assez dur, non? Un peu comme Thilliez.

    JE me trompe?

    Pikkendorff

  3. Laurence dit :

    Contente que tu aimes Somoza. Pour moi, "La dame n°13" et "Clara et la pénombre" sont encore plus beaux que celui-ci. Par contre, j'ai été assez déçue par son dernier "La clé de l'abîme" (sans doute parce qu'il s'attaque au maître de l'épouvante, Lovecraft, et qu'il est toujours difficile de rivaliser…)

  4. vilvirt dit :

    Encore une tentation en venant ici ! Je ne connais pas encore cet auteur mais ça ne saurait tarder ! En tout cas, ce roman rassemble tous les thèmes qui me tiennent à coeur !

Toi aussi, tu as ton mot à dire !












Copyright © 2014 My Inner Shelf motorisé par WordPress.org | Textes & images Carole R. | Crédits