Labyrinthe

Mercredi 19 décembre 2007, aux alentours d'une heure indue, par Olivia Lanchois

mosseAuteur: Kate Mosse
Éditeur : LivreDePoche
1ère édition : 2005
Nb de pages : 821
Lu : décembre 2007
Ma note:
5

Résumé :
Juillet 1209 : dans la cité de Carcassonne, Alaïs, dix-sept ans, reçoit de son père un manuscrit censé renfermer le secret du Graal. Bien qu’elle n’en comprenne ni les symboles ni les mots, elle sait que son destin est d’en assurer la protection et de préserver le secret du labyrinthe, né dans les sables de l’ancienne Égypte. Juillet 2005 : lors de fouilles dans des grottes, aux environs de Carcassonne, Alice Tanner trébuche sur deux squelettes et découvre, gravé dans la roche, un langage ancien, qu’elle croit pouvoir déchiffrer.
Elle finit par comprendre, mais trop tard, qu’elle vient de déclencher une succession d’événements terrifiants : désormais, son destin est lié à celui que connurent les Cathares, huit siècles auparavant… Traduit dans trente-six pays, Labyrinthe vient d’être récompensé aux British Book Awards.

Mon avis :
OUF ! J’ai fini ! Je n’en voyais pas le bout. J’ai démarré la lecture motivée et enthousiaste, je l’ai poursuivie avec curiosité, et l’ai terminée dans l’ennui.

L’histoire se déroule en deux temps : au XIIIème siècle avec Alaïs au pays des Cathares, et en 2005 avec Alice l’anglaise en vacances. Le début commence pas mal, on est curieux de ce qui va suivre. Mais très vite l’intérêt dégringole, l’ennui s’installe, les clichés se multiplient, le rythme ne décolle pas. L’histoire d’Alice est encore moins trépidante que celle d’Alaïs. Les personnages sont fades, convenus, inintéressants. Leur psychologie est très rudimentaire. Le langage au pays des Cathares est quant à lui très pénible, on utilise un vieux français approximatif purement décoratif. Pas beaucoup d’innovation au niveau de l’intrigue, ça oscille entre Indiana Jones et L’île aux trente cercueils. La fin est pathétique, sans la moindre surprise, les grosses ficelles étant effilochées depuis longtemps.

J’ai du mal à comprendre l’engouement pour ce livre. Le British Book Awards ? On sait que les Anglais (que j’aime et apprécie et que si je pouvais je vivrais à Londres et God save the Queen) sont friands de ce coin de France et que l’arrière-plan cathare doit être pour eux d’un exotisme torride, mais tout de même.

Le seul mérite de ce livre aura été de me donner envie de continuer ma découverte des châteaux cathares qui sont tout près de chez moi, et d’ajouter à ma PAL des ouvrages sur cette période.


Chez les autres :
pour : La livrophile
contre : Enlivrez-vous, Monde virtuel

About Olivia Lanchois

Web-bidouilleuse depuis 2002, blogueuse depuis 2005. Lectrice et photomane convulsive. Amies de bêtes. Miaou.

4 commentaires »

  1. Virginie dit :

    Zut, je l'ai dans ma PAL depuis un bout de temps…mais ton commentaire ne me donne guère envie de l'attaquer …

  2. Grominou2 dit :

    Quel dommage! J'ai quant à moi beaucoup aimé ce roman, que j'ai lu en version originale. C'est peut-être en bonne partie un problème de traduction?

  3. bah pour l'intrigue et la "profondeur" des personnages, je pense pas que la traduction y soit pour grand-chose, pour le pseudo-ancien français, là par contre… :!:

  4. Titoune70 dit :

    Et ben, désolée, mais moi qui suis une fan de stephen king et de chatam, et ben j'ai adoré, du début à la fin !

    Mais comme on dit, les goûts et les couleurs… Et justement, on ne peut pas plaire à tout le monde !

    Je ne pense pas non plus que ça soit un problème de traduction, mais on adhère ou on adhère pas !

    Le passage d'une époque à l'autre m'a beaucoup plu.

    La similitude entre les héros des 2 époques m'a beaucoup intéressé aussi.

    Je suis même prête à le relire une seconde fois, pour bien cerner les liens entre les 2, et suis maintenant on ne peut plus intéressée pa

Toi aussi, tu as ton mot à dire !












Copyright © 2014 My Inner Shelf motorisé par WordPress.org | Textes & images Carole R. | Crédits