Les montagnes hallucinées

Dimanche 3 juillet 2011, aux alentours d'une heure indue, par Olivia Lanchois (My Inner Shelf)

Auteur : H.P.Lovecraft
Titre original : At the Mountains of Madness
Éditeur : Feedbooks
1re édition : 1936
Nb de mots : 42 682
Lu : juin 2011
Ma note : 4

Résumé
Au cours d’une expédition en antarctique, deux scientifiques mettent au jour, derrière une chaîne de montagnes en apparence infranchissable, les vestiges d’une ancienne cité aux proportions gigantesques.

Mon avis
Encore une fois Lovecraft me bluffe. Encore une fois, voilà un récit halluciné et hallucinant. Une équipe de scientifiques se lance vaillamment à la conquête de l’Antarctique, équipée jusqu’aux dents de matériel de forage moderne. Après avoir mis à jour plusieurs « fossiles » de curieuses créatures dont la nature mi-végétale mi-animale laisse les explorateurs perplexes, l’équipe de reconnaissance connaît un destin funeste, et lorsque le reste de l’expédition tente de poursuivre les recherches en allant au-delà ce ces inquiétantes montagnes, l’exploration tourne à l’horrible révélation.
Lovecraft narre avec une maîtrise sans faille la découverte de ces étranges montagnes gigantesques, et de cités enfouies sous la glace. Les scientifiques découvre l’existence d’une race supérieure, qui a régné sur Terre bien avant l’apparition de la race humaine. La peur de l’inconnu, l’énormité de la vérité qui se révèle à eux pousse le narrateur à poursuivre son récit, afin d’empêcher toute nouvelle expédition qui pourrait réveiller des puissances ancestrales susceptibles de détruire l’Humanité.

About Olivia Lanchois

Web-bidouilleuse depuis 2002, blogueuse depuis 2005. Lectrice et photomane convulsive. Amies de bêtes. Miaou.

2 commentaires »

  1. Thomas Galley dit :

    On parle beaucoup de Lovecraft (dans certains cercles au moins), mais on parle beaucoup trop peu de ce livre-ci. Je suis d'autant plus ravi de découvrir cet article que vous lui avez consacré. À mon (humble) avis, il s'agit ici du meilleur livre de cet auteur qui fut, selon les dires de King, « the horror story's dark and baroque prince ». Il est temps de le relire. Merci de me l'avoir rappelé !

  2. Joelle dit :

    J'ai la version BD de cette histoire, c'est sorti il y a quelques mois. Mon chéri l'a lue mais je ne sais plus ce qu'il en a pensé. J'espère la lire très bientôt à mon tour :)
    My recent post Le secret de Crickley Hall —- James Herbert

Toi aussi, tu as ton mot à dire !












Copyright © 2014 My Inner Shelf motorisé par WordPress.org | Textes & images Carole R. | Crédits