Lizzie Leigh

Mardi 30 novembre 2010, aux alentours d'une heure indue, par Olivia Lanchois

Auteur: Elizabeth Gaskell
Éditeur : Manybooks
Téléchargement direct sur Manybooks
1ère édition : 1855
Nombre de mots: 12 680 mots
Lu : novembre 2010
Ma note2

Mon avis
Sur son lit de mort, un homme pardonne à sa fille. Sa veuve décide alors de partir avec ses deux fils pour la rejoindre à Manchester, d’où elle a disparu trois ans plus tôt, jetant sur la famille une chape de honte. La mère, qui n’a jamais douté que sa fille était toujours en vie, et soulagée d’avoir entendu le pardon du père dans ses derniers instants, se met aussitôt à sa recherche. Très vite elle acquiert la certitude que la fuite de sa fille est due une maternité mal venue.
Tandis que la mère se consacre à ses recherches, le fils aîné fait la connaissance de Susan Palmer, une jeune femme dévouée à son père et à se jeune nièce.

Attention Spoiler dans le dedans ! Montrer

Un court aperçu de la vie d’une famille victorienne, où la place de l’homme est telle que la femme n’a plus qu’à se taire et obtempérer, ou à fuir si elle commet la moindre erreur (humaine) susceptible de déshonorer sa famille.
Les événements s’enchaînent au rythme de cette courte nouvelle, tout arrive avec de gros sabots, les grosses ficelles ne nous sont pas épargnées, on va à fond et on fonce dans le tas. Les sentiments et les relations entre les personnages sont très violents, on est en pleine tragédie, mais le traitement est tellement rapide et grossier que le contraste en est frustrant. Le tout raconté de manière assez froide et mécanique.

About Olivia Lanchois

Web-bidouilleuse depuis 2002, blogueuse depuis 2005. Lectrice et photomane convulsive. Amies de bêtes. Miaou.

Un commentaire »

  1. Titine dit :

    C'est vraiment dommage, Gaskell est tellement fine dans ses romans.

Toi aussi, tu as ton mot à dire !












Copyright © 2014 My Inner Shelf motorisé par WordPress.org | Textes & images Carole R. | Crédits