Rose Madder

Vendredi 12 novembre 2010, aux alentours d'une heure indue, par Olivia Lanchois (My Inner Shelf)

Auteur : Stephen King
Titre original : Rose Madder
Éditeur : J’aiLu
1ère édition : 1995
Nb de pages : 602
Lu : novembre 2010
Ma note : 3

Résumé
Quatorze ans que Norman terrorise Rosie et fait de sa vie un cauchemar. Quatorze longues années de sévices permanents, de coups et d’abnégation. Jusqu’à ce qu’une ridicule petite tache de sang sur le drap du lit conjugal sorte la jeune femme de sa torpeur et qu’une force insoupçonnable l’arrache à cette maudite maison. S’enfuir, c’est déjà un premier pas hors de cet enfer. Un premier pas vers  » Rosie la vraie « , tandis que Norman, fou de rage, se lance à ses trousses pour l’éliminer. A l’aube d’une nouvelle vie, elle fait l’acquisition d’un tableau envoûtant qui représente une femme, Rose Madder, debout sur une colline surplombant les vestiges d’un temple antique. Et petit à petit, la toile révèle d’étranges pouvoirs, et Rosie entre en contact avec Rose…

Mon avis
J’ai lu pas mal de King, mais le dernier date d’avant ce blog, il était temps de m’y remettre et de faire baisser un peu ma PAL par la même occasion. Si Rose Madder est loin d’être le plus transcendant de ses romans, j’ai toutefois dévoré ce pavé rapidement. King se met dans la peau d’une femme battue, qui au bout de quatorze ans décide subitement de fuir l’emprise de son mari. Sa fuite inexpliquée et soudaine la conduira dans un foyer pour femmes battues, où elle apprendra à vivre en société, à côtoyer du monde, à pendre confiance en elle, bref, à avoir une vie normale. La menace de son mari pèse pourtant encore sur elle et ce dernier se mettra rapidement à suivre ses traces, aidé par son savoir-faire de flic et un sixième sens très aiguisé. Sur le point d’accéder à une nouvelle indépendance, Rosie fait l’acquisition d’un surprenant tableau qui la fascine dès le premier regard. Un tableau pas comme les autres, mystérieusement intitulé Rose Madder.
Fragile mais volontaire, Rosie s’installe dans un studio et démarre un nouveau boulot, jusqu’à ce son de mari retrouve sa trace.
Le personnage de Rosie est très fouillé, celui de Norman ne l’est pas moins. Une femme battue, fragilisée à l’extrême, et un pervers à moitié impuissant, mais d’un sadisme rare, voilà ce que nous propose Stephen King, avec son génie légendaire. On entre autant dans la peau de l’un que de l’autre. La rage est aussi un personnage central de l’histoire. La rage de Norman envers les femmes, envers Rosie lorsqu’elle quitte le foyer conjugal, et la rage de Rosie, lorsqu’elle se réveille après de quatorze ans de sévices, et qui ne la quittera pas si facilement.
Rose Madder, sorte de double de Rosie, apparaît sous la forme d’un tableau vivant, porte ouverte vers un autre monde, celui, entre autres, de l’inconscient de Rosie.
Malgré quelques longueurs et pas mal de répétitions, le roman se lit vite et avec intérêt. Norman n’est pas simplement un mari violent, c’est aussi un grand cinglé situé entre le psychopathe et le schizophrène, de plus en plus en dehors de la réalité, qui s’enfonce progressivement dans la violence et le sadisme.


5 commentaires »

  1. vilvirt dit :

    Un de mes préférés ! Je l'ai toujours conservé, et je compte le relire un jour. C'est un récit que j'avais trouvé particulièrement sombre et angoissant, et le personnage de Norman est bien plus monstrueux que certaines des créatures imaginées par Stephen King. Bref, j'adore. Avec Sac d'Os, Misery et Histoire de Lisey, c'est un de ceux que je préfère !

  2. juliette dit :

    Lequel conseilles-tu? J'ai envie de découvrir… J'ai repéré Jesse et Duma Key… Pas envie de me lancer dans "ça" (je veux dire le roman "ça").

  3. Misery et Jesse sont énormes, ce sont les 2 qui me viennent là :love:

  4. Joelle dit :

    Je ne l'ai pas encore lu car il me semblait moins "fantastique" que certains de ses romans de sa première période (celle de Shining, Carrie et autres) et surtout, j'ai moins aimé ce qu'il a fait depuis Jessie (y compris Jessie d'ailleurs … cela a été le tournant dans son style d'histoire pour moi)

  5. pyrausta dit :

    j'ai lu aussi beaucoup de S.King qui reste un maitre inconteste du genre! Rose Madder je l'ai lu mais pas moyen de me rappeler la fin…il y a fort longtemps il faut dire que je l'ai devoré…Pour moi son chaf d'aoeuvre est le "ça" mais comment départager sac d'os,Simetierre,la peau sur les os,Carrie ,Cujo,Shinning etc…il va falloir que je refasse un tour par chez lui…

Toi aussi, tu as ton mot à dire !












Copyright © 2014 My Inner Shelf…..Me, my shelf and I ! motorisé par WordPress.org | Textes & images Carole R. | Crédits