The new Magdalen

Dimanche 25 mars 2012, aux alentours d'une heure indue, par Olivia Lanchois

magdalen3 The new Magdalen

  • Auteur : Wilkie Collins
  • Ma note5 The new Magdalen
  • Lu : mars 2012 en VO sur Sony PRS-T1

 4e de couverture

Sur le front franco-allemand, pendant la guerre de 1870, le hasard réunit deux jeunes Anglaises. Lorsqu’un obus frappe l’une d’entre elles l’autre décide aussitôt d’usurper son identité pour rompre avec un passé infamant et vivre enfin une vie meilleure. Au début, tout se passe pour le mieux. Mais, très vite, les événements vont prendre un tour inattendu… On peut faire confiance au génial Collins (1824-1889), rival et ami de Dickens, pour nous concocter une nouvelle fois un suspense diabolique et mettre à vif les nerfs de ses lecteurs. Ce féministe convaincu nous donne ici un de ses plus beaux portraits de femmes : celui de Mercy, pécheresse repentie et amoureuse, confrontée à toutes les bassesses et à toutes les hypocrisies de la bonne société victorienne, mais qui finit néanmoins par accepter les plus durs sacrifices pour faire triompher le bon droit et la vérité. Ce roman. jamais encore traduit en France, ravira tous les fans de l’auteur, qui y retrouveront les qualités inimitables de Pierre de lune et de La Dame en blanc. Un inédit à déguster d’urgence !

Mon avis

Ça y est, j’attaque Wilkie Collins en VO ! The new Magdalen est disponible en français chez Phébus, sous le titre harlequinesque de Passion et repentir. Un assez court roman qui rompt un peu avec le reste de son œuvre. L’intrigue est simple, et démarre en 1870 quelque part en France, durant la guerre franco-prussienne, au milieu des combats. Deux anglaises se retrouvent dans le même refuge pour la nuit. Mercy Merrick, infirmière dévouée et Grace Roseberry, jeune orpheline ruinée mais bien née qui rejoint sa terre natale pour entrer au service d’une parente en tant que dame de compagnie. Mercy traîne derrière elle une vie chaotique, ce n’est pas une mauvaise fille, mais la chance ne lui a pas franchement souri et elle n’a pas beaucoup de perspective d’avenir. Grace, bien que récemment orpheline et sans le sou, a l’espoir d’être recueillie par une parente éloignée en Angleterre. Las ! Un obus tombé au mauvais endroit va changer le cours des choses, et précipiter Mercy Merrick dans une suite d’événements dont elle perdra le contrôle. Un mauvais choix fait lors d’une minute de tentation qui sera lourd de conséquences et bouleversera sa vie.

Collins nous présente ainsi ses deux héroïnes, puis nous propulse subitement en Angleterre, chez Lady Janet Roy et sa compagne Grace Roseberry. Cette dernière n’est pas celle que tout le monde croit, mais a sa place dans le monde en tant que fille adoptive de Lady Janet, et s’apprête à épouser Horace Holmcroft, l’officier qui l’a évacuée du front. Tout irait donc pour le mieux pour Mercy alias Grace, sans les remords qui la rongent, et le retour inattendu de la véritable Grace, pas si morte que cela.

passion 197x300 The new Magdalen

À travers des chapitres bien découpés, Collins nous propose un roman qui a des allures de pièces de théâtre. Le rythme est plus que soutenu, la tension palpable et permanente. Des portes s’ouvrent, se ferment, des personnages s’isolent, des conciliabules se succèdent, on se cache, ou on se dévoile avec ostentation. Nous ne sommes pourtant pas dans un vulgaire vaudeville, l’angoisse de l’héroïne est omniprésente, ses remords communicatifs et sa personnalité très attachante. L’usurpatrice bénéficie étrangement d’un capital sympathie très élevé, tandis que sa « victime » ne tarde pas à trahir sa personnalité, et se montre finalement moins noble de cœur et d’esprit que Mercy. Commence alors pour Mercy un combat intérieur entre son intérêt et sa conscience, l’amour et la moralité, la justice et l’injustice. Le crime pourra-t-il être pardonné ? Faut-il le confesser pour faire justice à une victime odieuse et arriviste ? L’amour d’Horace et l’affection maternelle de Lady Janet sont-ils acquis à Mercy, alors qu’ils auraient pu échoir à la vraie Grace ? Autant de questions qui tiraillent la conscience et la cœur de Mercy, soutenue malgré tout par le conseil et l’empathie d’un mentor providentiel, persuadé que la rédemption est universelle.

Moins alambiqué et fouillé que les autres romans plus connus de Collins, The new Magdalen fonctionne presque en huis-clos, sur un laps de temps assez court, où tout doit se décider rapidement. Il n’en est pas moins passionnant, car il est difficile de le lâcher tant le destin de Mercy préoccupe le lecteur ému par une telle grandeur d’âme. Impossible d’éviter les scènes de larmes, d’évanouissement et d’hystérie (nous sommes je le rappelle au XIXe siècle et la femme est encore une faible créature qui s’exprime comme elle le peut dans une époque rigide qui la chosifie cruellement), Collins met le paquet, l’émotion est à son comble, les coups de théâtre aussi.

Un régal donc, vous l’aurez compris.

loading The new Magdalen hellocoton The new Magdalen
 The new Magdalen

Olivia Lanchois

Web-bidouilleuse depuis 2002, blogueuse depuis 2005.
Lectrice et photomane convulsive. Amies de bêtes. Miaou.
 The new Magdalen

Les derniers articles par Olivia Lanchois (tout voir)


Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge












Copyright © 2014 My Inner Shelf…..Me, my shelf and I ! motorisé par WordPress.org | Textes & images Carole R. | Crédits